Contenu

[ Université Grenoble Alpes ]

Recherche avancée

U3MC U3MC

Accueil > Recherche > Projets


  • Version PDF

Atiat El Abnoudi à Grenoble. Contre-mémoires de la culture cinématographique amateure en Afrique du Nord et de sa circulation transnationale.

Mis à jour le 21 mars 2017

Porteur de projet : Yves Citton (UMR Litt&Arts)

Le projet vise à créer une collaboration entre l’UMR Litt&Arts de l’Université Grenoble Alpes et la plateforme de recherche « Pratiques d’hospitalité » de l’ÉSAD • Grenoble, pour développer un premier volet du projet de recherche élaboré par le duo d’artistes italo-suisses Maria Iorio & Raphaël Cuomo intitulé « For the love of the thing ». Contre-mémoires de la culture cinématographique amateur : cinéma mineur en Afrique du Nord et au-delà. Son ambition est de créer une résidence de recherche, de production et de formation associant les deux artistes et des théoriciens des deux équipes, afin de mener une recherche interdisciplinaire en réseau avec la Cinémathèque de Grenoble. L’étude d’un épisode de circulation transnationale du cinéma amateur d’Afrique du Nord au sein du contexte grenoblois vise quatre objectifs principaux :

  • Elle permettra d’identifier des sources (textes, traductions, films) et de les remettre en mouvement et en circulation.

  • En procédant à une recherche dans les archives de la Cinémathèque de Grenoble – une copie du documentaire de 1974 y est notamment conservée – et en rencontrant des acteurs de cette période, il s’agira de reconstruire la présence du cinéma amateur d’Afrique du Nord à Grenoble et la richesse des échanges qui se tissent dans le contexte cinématographique de la ville. Pour ne citer que quelques éléments de réflexion, 1973 correspond au début de l’aventure du collectif de la Villeneuve Vidéogazette, et 1974 à l’installation d’Anne-Marie Miéville et Jean-Luc Godard à Grenoble pour travailler avec Jean-Pierre Beauviala, ouvrant la période au cours de laquelle ils s’intéresseront notamment à la figure de l’amateur dans l’épisode « Marcel » de Six Fois Deux / Sur et sous la communication (1976).

  • Cette étude des films produits par les clubs amateurs en Afrique du Nord permettra également de reconsidérer le cinéma amateur, dont la définition et la position culturelle ont été progressivement confinées à la représentation de la famille nucléaire. Les productions effectuées dans ce contexte postcolonial a en effet été pratiqué comme une forme d’expression individuelle et collective, ouvrant à la fois à une expérimentation artistique et à une intervention politique et sociale.

  • Le projet développera une lecture transnationale de ces pratiques mineures caractérisées par « l’amour de la chose plutôt que par des raisons ou des nécessités économiques », comme l’explique la cinéaste expérimentale Maya Deren à propos du terme « amateur ».
  • Version PDF

Maison de la création - Université Grenoble Alpes
CS 40700 - 38058 Grenoble Cedex 9